La danse Contemporaine Comme son nom l’indique, s’inscrit dans l’histoire, à la fin du 19eme siècle, les sociétés occidentales s’industrialisent et s’urbanisent. Les mœurs commencent à se libérer et les corps cherchent à s’émanciper. Les arts sont fortement touchés par le bouleversement des mentalités. Les artistes et les intellectuels de l’époque deviennent les véritables moteurs des changements qui s’opèrent.
La danse contemporaine aide à apprendre pour connaître son corps, à le maîtriser pour s’en servir comme moyen de communication.
Dans le monde le terme générique est « danse moderne » pour regrouper l’ensemble de ces recherches individuelles qui sont en rupture avec la danse classique.
Isodora DUNCAN en est la pionner, pour cette danse sans artifice suivie de très près par Marha GRAHAM « le mouvement ne ment jamais », puis viendront les « contemporain Merce Cunnigham avec une danse dépersonnalisée qui revisite les notions d’espace et de temps. Pina Baush, Philippe Decouflé ...

Ces initiatives isolées, et très différentes fondent la base de la danse contemporaine.

Débutant : l’élève se trouve dans une situation d’apprentissage, qui ne lui est familière, on réapprend des bases pour une danse nouvelle.

Moyen/intermédiare : application du nouveau langage, des nouveaux repères dans une technique où l’on maîtrise le vocabulaire.

Avancé : niveau du dépassement physique et intellectuel par excellence, par la recherche de la plus grande exploitation de la technique et de la recherche d’expression.